Le secteur des banques en ligne

banque-ligne-EDC

Selon une étude réalisée par Xerfi-Precepta, la France occupe la dernière position en Europe pour la vente de produits et services financiers sur le web. Par exemple, beaucoup de Français ne sont pas attirés par l’idée de contracter un crédit en ligne. Les banques classiques sont les principaux canaux de souscription de produits bancaires en France. En effet, seul 18% des produits financiers sont souscrit sur internet alors que ce taux est de 40% dans certains pays. Cependant, cette même étude révèle qu’il existe des perspectives favorables. Le développement de l’internet mobile est un, par exemple, un remarquable axe de croissance des banques en ligne. De plus en plus d’applications bancaires faciles à utiliser sont proposées aux clients.

À propos de la rentabilité des banques en ligne

Les banques électroniques ont encore du mal à séduire le grand public. Même si elles sont, pour la majeure partie, des filiales de grandes banques Française, elles tardent à gagner la confiance des clients. En effet, selon l’étude de Precepta, les pures players n’ont que trois millions de clients, soit moins de 3% des clients de banque. En plus, cette clientèle est composée d’un public restreint à savoir des technophiles et des CSP+. Afin d’attirer plus de clients, les banques en ligne misent sur l’innovation. C’est le cas d’ING qui propose aux consommateurs un web café.